Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Analyses Footballistiques

28ème journée de L2 : FC Nantes 2-1 Gazélec Ajaccio, pour le goalaverage on repassera ! Merci qui ?

Publié le 22 Mars 2013

Préambule :

Il ne s’agit pas de mettre en avant un mauvais arbitrage seulement en cas de défaite. L’arbitrage est malheureusement très souvent pointé du doigt, peu importe le score. Comme nous avons pu le voir face à Lens, la victoire ne doit pas faire oublier que l’arbitrage calamiteux de M. Moreira a changé le cours du match. Celui de M. Jaffredo (et de ses assistants) contre le Gazélec a été du même niveau dans la médiocrité. On comprend un peu plus pourquoi les statistiques de cet homme en noir avec le FCN à domicile sont catastrophiques. Avec lui, le FCN ne doit gagner qu’avec ses tripes. Il a le goût pour rendre une partie facile en un match où le suspens reste présent jusqu’à la dernière minute.

Faits de jeu :

Commentateurs de beIN juste avant le coup d’envoi : «les statistiques de M. Jaffredo pour Nantes font peur à domicile […], peut être pas un bon signe pour les canaris ».

6’ (min) : Pénalty acte I - Duel entre Djordjevic et M’Bohli le gardien ajaccien qui sort à sa rencontre sur une balle en profondeur.

Les commentateurs sur beIn parlent de « belle sortie » du gardien. Sur le site officiel du FCN on peut lire : « Le bon service d'Eudeline pour Djordjevic dans la surface ! M'Bohli capte devant les pieds de l'attaquant ! ».

Au vu des images et des ralentis, il semble difficile de donner raison à beIN, ni au site du club. Le gardien se jette devant Djordjevic pour lui prendre le ballon. Mais il ne bloque pas le ballon (« capter » signifie « bloquer dans ses mains »). Le ballon lui échappe des mains sans que cela soit Djordjevic qui en soit responsable. Le ballon s’échappe et donc Djordjevic peut le jouer. Seul problème : dans son élan, M’Bohli emporte Djordjevic et le déséquilibre (voir photo Djordjevic). L’attaquant ne peut plus jouer le ballon qui s’éloigne.

Que dit la règle ? La maladresse de M’Bohli est évidemment sanctionnable. Elle dit aussi (et toujours) que c’est à la libre interprétation de l’arbitre. M’Bohli a de la chance…

7-15ème : 2 coups francs nantais dans le camp ajaccien joués rapidement, en arrière et latéralement. Frilosité.

20ème : Pénalty acte II- Centre d’Eudeline, Djordjevic à la lutte avec un ajaccien rate sa reprise. Le ballon arrive sur un 2ème ajaccien qui devance Aristeguieta mais qui apprécie mal la trajectoire du ballon et son bras décollé du corps, vient frapper le ballon qui prenait de la hauteur (voir photos "main"). La trajectoire du ballon est modifiée. Aristeguieta est surpris et n’est plus bien placé pour reprendre le ballon. Il est obligé de tirer en s’excentrant par rapport au but. L’arbitre ne siffle pas de pénalty. On ne peut pas parler d’avantage sur ce genre d’action. Aristeguieta ne marque pas donc le pénalty est indiscutable, la main a empêché une occasion de but plus facile. Encore une fois libre interprétation de l'arbitre sur une main non intentionnelle mais qui annihile une occasion de but franche.

28ème : D’après les commentateurs de beIN « pelouse en sale état. De loin elle paraît belle mais à chaque contrôle ou touche de balle c’est difficile pour les joueurs ».

31ème : Coup franc nantais dans la moitié de terrain ajaccienne encore joué en retrait.

35ème : Coup franc nantais (enfin) joué dans la surface de réparation mais aucune combinaison claire dessus.

37ème : Carton jaune pour Madouni pour sa 1ère faute.

42ème : But de Djordjevic

45ème : But de Bessat

45-50ème : Le commentateur de beIN souligne en début de seconde période « des glissades répétitives sur le côté du terrain ». Encore une allusion au terrain dégradé.

53ème : Coup franc pour le FCN à 35 m. Faute offensive d’Aristeguieta sur Filipi dans la surface ajaccienne. En réalité duel « Epaule contre épaule ». L’ajaccien est le premier à tomber au sol. La faute est pour lui.

60ème : But ajaccien par Landre.

Au départ de l’action, Veigneau est agrippé par le bras d’un ajaccien, il est retenu et tiré vers l’arrière par le joueur corse qui ne joue pas le ballon mais l’homme. Veigneau ne peut jouer le ballon correctement. Ce même ajaccien le pousse ensuite dans la direction opposée à la trajectoire du ballon. L’obstruction dure 2-3 secondes (voir photos "obstruction"). L’ajaccien s’écroule ensuite sur Veigneau. Landre récupère le ballon et s’enfonce dans la profondeur sans adversaire face à lui (Veigneau au sol sous le joueur corse). Tout ceci se déroule sous les yeux de M. Jaffredo qui ne siffle pas cette obstruction. Surprenant quand on sait que depuis le début du match il siffle tout contact à la manière d’un arbitre de Basketball. Décisions contradictoires.                 

63ème : Pénalty acte III - Bessat rentre dans la surface, un ajaccien met sa jambe en opposition. Contact avec Bessat qui en rajoute un peu pour simuler une plus grosse faute. Avec n’importe quel club c’est quand même faute, avec le FCN non. Il y a pourtant clairement faute, le ballon est encore jouable pour lui il ne l’a pas poussé trop loin. L’ajaccien n’a aucune intention de jouer le ballon il laisse traîner sa jambe (voir photo "Bessat"), Bessat est obligé de la percuter. Il est même pris en sandwich. Encore une fois pas de pénalty alors qu’il filait au but.

Sur le site officiel du club : « Oh la faute sur Bessat dans la surface !! Rien de signalé par monsieur Jaffredo ! ».

Que faut-il faire pour avoir le droit à un pénalty, M. Jaffredo ?

72ème : Carton jaune pour Veigneau (2-0 pour le FCN également en matière d’avertissements)

74ème : Le long de la ligne de but ajaccien, Aristeguieta est à la lutte avec un ajaccien. Ils se tiennent le bras mutuellement. L’arbitre de touche très bien placé examine la scène attentivement mais ne lève pas son drapeau. Duel régulier. Les 2 joueurs pénètrent dans la surface, l’ajaccien semble déséquilibrer légèrement le nantais qui dans sa chute entraîne l’ajaccien. A ce moment précis, l’arbitre assistant ne bronche toujours pas. Tandis qu’Aristeguieta essaye de se relever pour jouer le ballon, l’ajaccien tend les bras pour toucher le ballon de la main afin de forcer l’arbitre à siffler faute offensive (voir photos "Fernando"). Il semble y arriver légèrement et commence à lever les bras en l’air, en étant allongé, pour demander à l’arbitre une faute (voir photo). Bingo l’arbitre assistant tombe dans le panneau et siffle faute pour Ajaccio.

80ème : Coup franc pour Ajaccio. Tête d’un nantais qui met en corner mais l’arbitre désigne le 6 mètres.

82ème : Premier carton jaune (enfin !) pour Ajaccio.

89ème : Faute grossière de Filipi sur Veretout séché. Pas de carton jaune.

 

Bilan :

Victoire finalement difficile si on regarde le score final et le contenu de la 2ème période.

Maintenant si on s’amuse à regarder de plus près les faits de jeu majeurs du match, on se rend compte une nouvelle fois que ce match, correctement arbitré, aurait pu finir sur un score bien plus large en faveur du FCN.

Il y a eu potentiellement 3 pénaltys non sifflés pour le FCN et le but ajaccien est entaché au départ d’une grosse obstruction sur Veigneau.

Ce qui paraît anormal c’est que M. Jaffredo a réalisé un arbitrage de type Ligue 1 (ou de type « basketball »). Les moindres contacts étaient sifflés, même ceux qui n’existaient pas. Par contre il ne sifflait plus quand ces contacts avaient lieu dans la surface de réparation. Pourquoi ne pas appliquer les règles dans cette zone ? Pourquoi avoir autant protégé à tort la défense ajaccienne ? Au match aller, les corses avaient marqué leurs 2 premiers buts sur des erreurs d’arbitrage. On voit que cela ne s’équilibre pas du tout. Sur l’ensemble des 2 confrontations, le FCN a encaissé 4 buts ajacciens dont 3 sont à remettre en question. Au match retour, Ajaccio aurait dû prendre une belle valise… 

Encore un petit travail qui montre que M. Jaffredo s’est distingué de ses prédécesseurs qui ont arbitré le Gazélec lors de ses derniers matchs :

28ème journée contre Nantes : 1 jaune, (2 jaunes pour Nantes)                  M.Jaffredo   (F1)

27ème journée contre Monaco : 3 jaunes, 1 rouge (1 jaune pour Monaco)  M.Chapron  (F1)

26ème journée contre Angers : 3 jaunes (pas de carton pour Angers)         M.Turpin     (F1)

25ème journée contre Nîmes : 3 jaunes (pas de carton pour Nîmes)            M.Ennjimi    (F1)

24ème journée contre Dijon : 3 jaunes (pas de carton pour Dijon)                M.Desiage  (F2)

23ème journée contre Lens : 1 jaune, 1 rouge (2 jaunes pour Lens)            M.Falcone  (F1)

Avant de jouer le FCN, lors de ses 5 derniers matchs (= 5 défaites) le Gazélec a été sanctionné de 13 cartons jaunes et de 2 cartons rouges contre 3 cartons jaunes pour leurs adversaires.

Ajaccio a été arbitré sur les 6 derniers matchs par des arbitres F1 et F2 qui nous le savons se différencient surtout par leur manière d’arbitrer. Les arbitres F1 sévissent en Ligue 1 et sifflent beaucoup plus qu’en Ligue 2. Ils sont durement notés et la pression est énorme dans le doute ils sifflent tout, les médias sont là pour les « allumer » à la fin du match. Par contre il ne faut pas oublier qu’un arbitre F1 n’est pas noté quand il s’occupe d’un match de Ligue 2. Certains relâchent la pression et rendent souvent une pâle copie. Sans sanction derrière. Les clubs de Ligue 2 souvent arbitrés par cette catégorie d’arbitre en pâtissent.

Au vu des chiffres, les arbitres à la fois F1 et F2 ont tous sanctionné les fautes ajacciennes avec des cartons jaunes et cartons rouges. M. Jaffredo est donc à mettre à part avec son arbitrage.

Le FCN est censé être l’équipe la plus fair-play depuis 27 journées, toujours est-il qu’elle a été sanctionnée de 2 cartons jaunes contre Ajaccio. Ajaccio a pris son seul et unique carton jaune à la 82ème minute. Ceux qui ont vu le match, aussi bien en tribune qu’à la télévision savent que le match a été très haché, les fautes nombreuses et que les nantais étaient loin d’être ceux qui faisaient le plus de fautes.

Commenter cet article