Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Analyses Footballistiques

L'appel (suspensif ?) du 28 juin

Publié le 28 Juin 2013 par

Bonsoir à tous nos Aminonymous !
 
Dans quelques heures, il sera minuit...dans quelques heures nous serons le 29 ! Et d'après ce que nous avons pu comprendre en nous fiant à la presse et aux propos de la direction, si la FIFA et le club emirati El Nasr ne déposent pas avant minuit un recours contre la décision du tribunal suisse saisi par le FCN dans le cas du litige "Bangoura", le FC Nantes pourra recruter sans aucune contrainte comme tous les autres clubs, jusqu'au 2 septembre. Les dirigeants semblent confiants et c'est sûrement pour cela qu'aucune recrue n'est à signaler. Ils prennent leur temps. Ne pas répéter les erreurs du passé. Cela semble bien assimilé. No panic.
 
Concernant la décision de la commission de discipline de la LFP d'infliger une amende de 25000 euros pour les "événements" de Nantes-Sedan, nous n'avons pas officiellement les raisons qui expliquent une telle sanction. Cependant il semble assez clair que la sanction est clémente et la LFP aurait reconnu le fait que le club avait pris beaucoup de précautions pour ce match (déclaration de Luc Delatour demandant aux supporters de rester en tribunes, nombre important de stadiers, annonces du speaker le soir du match...). Il ne faut surtout pas parler de "sanction clémente" en comparant avec celle de l'AS Monaco qui a surtout été sanctionné pour une échauffourée qui a nui à l'intégrité physique d'un arbitre !
La somme de 25000 euros paraît élevée si on ne tient compte que de l'envahissement festif (l'amende pour Rennes et Saint-Etienne était seulement de 5000 euros après appel). Mais dans cette somme est comprise l'utilisation des fumigènes et pétards avec circonstances aggravantes puisque leur utilisation s'était répétée au cours des derniers matchs (Auxerre et Niort...).
Contactée dans la journée, la direction tient à nous informer qu'il va falloir faire très attention pour la saison prochaine sinon la tribune Loire et surtout le stade entier sera à huis clos (cela sera le cas en ce début de saison de plusieurs clubs comme Nice, Saint-Etienne...).
Si des fumigènes et/ou pétards sont présents en tribune pour la réception de Bastia, la commission de discipline pourra transformer le sursis en ferme dès la réception du...Paris Saint-Germain ! Loin de nous l'idée de faire la police dans le stade mais on ne peut pas négliger ce dommage collatéral. On ne pourra rien faire si le huis clos est décrété. 2 semaines pour changer les choses c'est impossible. La réception du PSG signifie potentiellement un match à guichets fermés. Si le contraire se produit, cela fera beaucoup de déçus. Et ceux qui ont déboursé une fortune pour l'abonnement seront encore plus déçus de voir qu'ils ont payé pour 18 matchs seulement et qu'ils ne verront pas le PSG et ses stars. "Zlatan on t'attend" c'est ce qu'on pouvait lire sur une banderole en tribune Loire le soir du match de la remontée face à Sedan, cela serait dommage de ne pas pouvoir "l'accueillir" comme il se doit.
 
Le club ne sait pas encore s'il fera appel de la sanction ou non. On peut imaginer qu'il s'abstiendra vu les dernières situations que le FCN a connu en matière d'appel. Faire appel c'est souvent pire pour le club. Et faire appel est très mal perçu par la commission de discipline en règle générale. Les clubs qui peuvent se permettre de faire appel et d'espérer avoir une sanction diminuée font partie du trio "P.L.M." (on vous laisse deviner les villes qui se cachent derrière ce sigle).
 
Appel ou non, sachez qu'une partie des supporters nantais n'a pas attendu pour chercher un moyen de répondre à la LFP et ses amendes farfelues. Un collectif va se mettre en place pour récolter la somme ou une partie de la somme de l'amende. C'est une action symbolique. Il s'agit de faire participer un maximum de supporters. Plus le nombre de participants sera important, plus la somme versée par chacun sera ridicule. Et c'est ça le but. Une opération qui pourrait s'appeler "1 euro pour mon FCN" par exemple !
On vous laisse tranquille ce weekend et lundi on vous communique davantage de détails ! Bien sûr que les Anonymous sont dans le coup ! Ca va faire du bruit !

Bon weekend !


La TEAM FCN ANONYMOUS

Lire la suite

Présentation des FCN Anonymous (mise à jour)

Publié le 25 Juin 2013 par

Qui sommes-nous ?

Les FCN Anonymous sont un rassemblement de supporters du FC Nantes sur les réseaux sociaux : Facebook et Twitter. Le point de départ a été la création d’une page Facebook. Cette page Facebook s'intitule "FCN Anonymous". Ce nom rappelle le fameux acronyme "FCNA", ancien nom du club avant son changement en 2007.

Date de création

La page "FCN Anonymous" a été créée le 17 Janvier 2012, durant la période hivernale de la saison 2011-2012.

Raisons de la création

Pour présenter le concept, nous souhaitons retracer brièvement sa jeune histoire. Il existe de nombreuses pages Facebook consacrées au FCN, avec une part plus ou moins importante de débats. Nous étions une petite dizaine à nous retrouver sur plusieurs pages liées au FCN, à argumenter sur des sujets qui nous tenaient à cœur. Et malheureusement le format du site Facebook et la pluralité des mentalités sur les pages très fréquentées ne permettent pas de débattre profondément sur des sujets. Pour argumenter il faut du texte. Mais quand un post dépasse 3 lignes, peu s’attardent dessus.

Nous avons donc décidé de créer une nouvelle page Facebook afin de nous réunir et de débattre.

Nous essayons de sensibiliser les gens sur des sujets délicats et souvent peu traités ou même ignorés comme la gestion du club, la présence du FCN dans les médias, les problèmes liés à l’arbitrage et les dérives du football comme par exemple la destruction de la magie de la coupe de France.

Nous sommes un groupe de réflexion et/ou d'analystes.

Nous avons réussi à attirer l’attention de plusieurs journalistes locaux, qui suivent le FCN, c’était l’un de nos buts, ne pas rester entre supporters. Faire juger notre page par des journalistes. Nous sommes également en contact avec quelques membres de la direction du FCN qui connaissent cette page.

Notre « credo »

2 principes : activité et réactivité. Nous nous efforçons d’être des membres actifs et réactifs à tout moment. Nous nous relayons suivant les emplois du temps de chacun pour trouver les informations que nous estimons essentielles à traiter. Grâce à notre activité, nous avons pu rapidement nous développer et construire un réseau organisé avec le but de faire passer certaines idées novatrices, notamment à travers les médias, auprès des supporters et autres connaisseurs du FCN.

Le nom du rassemblement : pourquoi « Anonymous » ?

Nous ne sommes pas des hackers. Nous ne cherchons pas à rester anonymes. Le surnom « Anonymous » que nous nous sommes donné correspond à certaines opérations virtuelles réalisées au début de la formation de notre groupe et que l’on continue d’effectuer.

A l'époque de la création de la page Facebook, la fermeture de "Megaupload" avait entraîné une série de représailles d'un collectif se faisant appeler "les Anonymous". Nous avions décidé de reprendre l'idée mais pour la cause footballistique.

Voici quelques exemples d’opérations virtuelles :

  • Lors de l’existence de la chaîne Cfoot (saison 2011-2012), celle-ci organisait un trophée à la mi-saison du plus beau but de Ligue 2, remporté par Jordan VERETOUT (pour son but contre Le Havre), invité immédiatement sur le plateau pour recevoir son prix. Filip DJORDJEVIC a ensuite gagné un trophée mensuel de plus beau but de Ligue 2 (trophée mis en place entre janvier et mai) mais CFoot, certainement occupé à rediffuser une énième fois la finale de la Coupe du Monde 1998, ne l’a pas invité pour récupérer son trophée. Les Anonymous ont relevé cela et donc quelques semaines après que Djordjevic a gagné son trophée, nous avons organisé une opération de « spam » sur la page Facebook de Cfoot. Cette opération, suivie également par des supporters non Anonymous, visait à demander la remise du trophée à Djordjevic. Quelques heures plus tard, CFoot annonçait que le joueur serait invité dès la semaine prochaine. Ce fut le cas.
  • Trophées UNFP ou autres trophées appelant au vote des supporters : à chaque fois qu’un joueur du FCN en nommé, nous communiquons dessus et mettons en place un système pour faire gagner le joueur (partages, multi-votes d’une même personne…).
  • Implications dans les pétitions qui touchent le club.

Ce genre de récompenses n’est qu’une petite marque de reconnaissance, sans importance pour certains, mais une goutte d’eau pour que le FCN puisse exister dans le paysage médiatique du football, où on peut se lasser de n’entendre parler que de Paris/Lyon/Marseille ou du duel Messi/Ronaldo.

Le blog « Chroniques d'un Anonymous du FC Nantes rôle du support ?

Ce blog permet de reprendre les débats les plus intéressants et résument les échanges sous forme d’un article de synthèse.

Nos valeurs

Nous aimerions vous parler des valeurs que partage quelqu'un qui se sent un Anonymous du FCN :

- Un Anonymous du FCN est un supporter passionné du FCN qui défend toujours son club et encore plus si on lui nuit.

- Un Anonymous du FCN est un supporter qui soutient son club constamment peu importe les circonstances (mauvais résultats, relégation).

- Un Anonymous du FCN n’insulte pas un autre supporter du FCN et au contraire, cherche à comprendre ses motivations, ses arguments, le défendre face à des critiques inappropriés.

- Un Anonymous du FCN fait aussi le café. Et plein d'autres choses encore !

Avenir du rassemblement : groupe de supporters, association… ?

En discussion.

Choix du nom : le club possède la marque « FCN » et toutes ses variantes. Avec la montée en L1 il va vouloir encore plus contrôler sa marque et son image. Nous allons être la cible de leur service juridique. Nous allons donc changer de nom dans quelques mois et nous solliciterons d’ailleurs nos membres sur le sujet. Nous déposerons ensuite une marque pour être tranquille.

Contact 

Pour ceux que çela intéresse et qui veulent en savoir plus, qu’ils n’hésitent pas à nous contacter sur notre page Facebook par message privé : FCN ANONYMOUS ou sur notre adresse mail : fcnanonymous@gmail.com.

Lire la suite

Jaunes et Verts du passé mais Nantais pour toujours : Sylvain Armand (épisode 2)

Publié le 19 Juin 2013 par


Véritable dinosaure de l'histoire nantaise récente, aujourd'hui l'un des derniers champions de France 2001 évoluant encore au plus haut niveau, Sylvain Armand, malgré ses 32 ans, court toujours, et est parvenu cette saison, malgré la concurrence de Sakho, Axel, Thiago Silva et Camara en défense centrale, à disputer près de la moitié des matchs de championnat du PSG version Qatar.

Arrivé en 2000 à Nantes en provenance de Clermont, Armand va vite s'imposer comme un titulaire indiscutable sur le flanc gauche de la défense nantaise.

Annoncé comme brillant espoir à l'issue du titre de 2001, le natif de Saint-Etienne effectuera ensuite trois saisons pleines au sein du club ligérien.

Il partira en 2004 vers la capitale, après 118 matches sous le maillot jaune.

Avec Toulalan, Armand est certainement l'ancien nantais encore en activité ayant acquis le palmarès le plus riche après son départ ; vainqueur de 2 Coupes de France (2006, 2010) et d'une Coupe de la Ligue (2008), en passe d'être champion de France cette saison, il aura assurément fait le bon choix en accompagnant Mario Yepes, son partenaire dans la défense nantaise depuis alors 3 saisons, vers le Paris Saint-Germain.

Peu convié à participer aux matches les plus importants, Armand n'a cette saison participé à seulement 2 matches de Ligue des Champions, profitant des blessures des fragiles brésiliens Alex et Thiago Silva. Portant ainsi son total de matches dans la plus prestigieuse des compétitions européennes à 18, Armand remplira néanmoins solidement son rôle, arborant sa grande expérience.

Joueur en activité le plus capé en Ligue 1 derrière Réveillère et Landreau, Armand s'est donc imposé comme un des tauliers de notre championnat.

Bénéficiant toujours d'une énorme côte de popularité chez les supporters nantais, la rumeur de son retour il y a quelques semaines a déchaîné les passions.
Lire la suite

Bonus du jeu "On Garde En Ligue 1" : Michel Der Zakarian

Publié le 5 Juin 2013 par

"Oh Filip!", "Lucaaaaaaaaaaas!" "Putain Yohan merde!!" Oui MDZ gueule sur un terrain, avec lui ce n'est jamais MDR. L'Arménien a le sang chaud, un lion en cage lors des matchs, prêt à bondir sur un joueur, l'arbitre au cas où il y aurait quelque chose à dire sur une situation. Michel est un homme qui ne lâche rien, un gagneur. Il a toujours voulu tirer le maximum de ces joueurs.
 
Un homme de parole, lui qui n'a connu que deux clubs dans sa carrière, le FC Nantes dixit "son club de cœur" et le Montpellier Hérault Sporting Club sa "2ème maison". Der'Zak est un leader naturel. 166 matchs au FCN entre 1980 et 1988 puis 263 matchs au MHSC entre 1988 et 1997. Une carrière bien remplie. Suite à de nombreuses blessures, le Franco-Arménien arrête sa carrière en 1997 puis prend en charge l'équipe C des Héraultais à partir de 1998. Avant de prendre en main l'équipe B et ceci pendant 7 ans. Attaché aux valeurs, Michel prône souvent la stabilité : "une équipe fonctionne sur la durée et il faut la construire". Après plusieurs années dans le Sud, il revient à l'été 2006 en Loire-Atlantique avec comme mission de s'occuper des joueurs non-retenus en équipe première. Sur le plan sportif, le club va mal, une saison noire. Serge Le Dizet est viré en Octobre 2006, remplacé par Georges Eo, Michel Der Zakarian devient alors entraîneur adjoint. Mais les mauvais résultats s'enchaînent et au cœur de l'hiver, Eo comme son prédécesseur quitte le club, Rudy Roussillon, contraint et forcé, décide de donner les rênes de l'équipe première à MDZ. Son objectif sauvé le club de la relégation en L2, malheureusement pour lui, la descente est inévitable. Le FCN 44 années consécutives en L1, quitte la première division pour la seconde. La fin d'une époque.
 
Roussillon parti, c'est Luc Dayant qui prend en charge par intérim du club des bords de l'Erdre à l'été 2007. Suite au rachat de Waldemar Kita, le poste de Der Zakarian est menacé, néanmoins le fantasque président Polonais se ravise et laisse donc les clés du camion au Franco-Arménien, la suite lui donnera raison. Le FC Nantes grand favori de cette L2, est l'équipe à abattre, "les petits clubs" ne sont pas inhibés à affronter l'un des piliers du football français. Mais dès la 1ère journée, suite à une victoire 5-0 contre Reims, on se dit rapidement que les canaris ne feront pas long feu dans l'antichambre de la Ligue 1. Grâce notamment à un recrutement judicieux ( Goussé, Shereni, Moullec, De Freitas, Bagayoko ) des joueurs habitués à ce championnat difficile et physique. Michel Der Zakarian impose sa patte, basé sur une défense solide. Lui chien de garde pendant sa carrière de joueur. Une équipe certes pas très attirante sur le plan du jeu, mais terriblement efficace. Le FCN remonte à l'issue de la saison en L1, 1 an après avoir l'avoir quitté. Mais l'intersaison est compliquée, il se murmure que MDZ ne soit pas conservé, l'entourage du président Kita le souhaite forcément. Après un mauvais départ en championnat ( défaite à Auxerre et Bordeaux, nul contre Monaco ) il est remercié et remplacé par Elie Baup.
 
Après une année sans entraîner, il signe à Clermont à l'été 2009. Il y restera pendant 3 ans. Marqué notamment par une 6ème, 7ème et 5ème place.
 
A la surprise générale, le coach Franco-Arménien revient au FC Nantes, 4 ans après avoir été limogé. Dès son arrivée il souligne qu'à l'époque l'entourage autour du président n'était pas bon. L'objectif de MDZ est clair, le FCN doit retrouver là L1 lui qui végète depuis 4 années en L2. Le technicien a carte blanche sur le recrutement, il choisit lui-même ses hommes. Des joueurs quittent le club, d'autres arrivent. Parmi eux, des garçons habitués aux joutes de la Ligue 2 ( Deaux, Eudeline ), des joueurs d'expérience ( Madouni, Cichero ). Après un départ moyen, les canaris enclenchent la marine. Der Zakarian impose deux dispositifs, un à domicile et à un l'extérieur. La mayonnaise prend et les résultats sont là. A la trève le FC Nantes est champion d'automne. Malgré des résultats en dents de scie, les jaunes et verts restent sur le podium et ce depuis octobre. Une régularité qui rappelle la saison 2007-2008, à l'époque l'entraîneur Nantais avait une solide défense, une équipe forte en contre-attaque. Les ingrédients sont les mêmes et la suite sera la même. Après un long enfer en L2 ( 4 ans ) le FC Nantes retrouve la Ligue 1 suite à sa victoire contre Sedan lors de la 37ème journée.
 
Michel Der Zakarian est donc le seul homme à avoir fait remonter le club en L1, en s'appuyant à chaque fois sur les mêmes principes, les mêmes valeurs. Le coach a toujours appliqué une mentalité de gagneur à ses joueurs, le plus important à ses yeux reste la victoire et pas le jeu pratiqué. Certains vont s'étouffer en voyant cette phrase, mais la réalité est là. Sans pratiquer forcément un beau jeu, le FCN remonte en L1. S'appuyant sur une défense de fer et une efficacité. Les connaisseurs le savent, pour accéder à l'élite il faut : une défense, de la régularité et un buteur. D'ailleurs MDZ est le seul entraîneur à faire marcher Filip Djordjevic, une confiance règne entre les deux. Le coach des canaris qui emploie très souvent une phrase : "défendre" et gagner "ensemble". Ses joueurs l'ont tous compris cette saison, le même objectif pour tous. Lucas Deaux, le "Barjot" comme le surnomme MDZ ne tarit pas d'éloge sur son entraîneur : "il est franc et droit. Quand il avait quelque chose à me dire il me l'a dit en face. Cela fait plaisir de savoir qu'il n'aurait pour rien au monde échangé son groupe contre un autre". Der'Zak qui a reconnu en avoir fait baver à sa femme toute la saison :  "Un grand merci à ma femme également. Je lui ai fait passer de très mauvais moments. Elle mérite toutes mes félicitations car j’étais infernal à la maison."
 
Michel Der Zakarian, un homme de valeur, le symbole du renouveau Nantais. Ses joueurs l'apprécient, il a réussi à faire naître un groupe. Mais vous, souhaitez-vous conserver MDZ en L1?
Lire la suite

Bonus du jeu "On Garde En Ligue 1" : Waldemar Kita

Publié le 5 Juin 2013 par

Alors là on vous propose du lourd. Le « OGEL1 » du big boss de la maison jaune ! Rien qu’avec un prénom pareil il y a de quoi avoir peur. Waldemar qui se prononce en réalité « Voldemort » (non ?) nous vient tout droit de Pologne et non de l’univers d’Harry Potter. Il vient de fêter ses 60 ans en mai et toujours pas un cheveu blanc ! Comment ça il fait des colorations ???

C’est un homme d’affaires qui a fait fortune dans les lentilles, pas celles que vous détestez manger à la cantine mais celles que l’on utilise pour corriger la vue.

En parallèle, Waldy aime le football. Mieux il « kiffe » le football. C’est quelqu’un de passionné, qui se donne à fond, un peu trop parfois. On lui reproche de trop se mêler du sportif alors qu’il n’est « que » le président. Mais en tant que chef d’entreprise Waldy voit autour de lui des salariés qu’il paye et qui doivent lui obéir.

Peu de gens le savent mais Kita et le FCN c’est une histoire d’amour qui a commencé il y a 15 ans. Déjà en 1998 il avait essayé de racheter le club, sans succès. Frustré il tombe alors dans les bras de la Suisse et devient propriétaire du club FC Lausanne-Sport. La relation dure 3 ans. En 2001 il quitte le foyer conjugal et laisse derrière lui une femme euh un club pardon en faillite. Waldy est du signe du taureau donc il est têtu et n’abdique pas dans la conquête de Dame FCN. Il revient à la charge en 2007 quand le FCN plonge est Ligue 2 après 44 années consécutives en L1 (44 comme le département de la Loire Atlantique…dommage que Nantes ne soit pas en Vendée on aurait tenu 85 ans non ?) et cette fois-ci c’est la bonne ! Il arrache le club à la Socpresse de Dassault. Les supporters voient leur calvaire prendre fin. Mais pas forcément une fin heureuse puisque même si le club remonte en L1 dès l’année suivante, il est de nouveau relégué en 2009. La mauvaise gestion du club est pointée du doigt. L’entourage n’aide pas. Le président fait tomber des têtes, surtout celles de ses coachs. Les supporters demandent sa tête plutôt. Mais Kita reste. Kita n’est pas vendeur. Trop d’argent injecté dans la maison jaune. Il veut à tout prix vendre mais en L1. Secret de polichinelle.

C’est un président omniscient. Il veut tout gérer. Mais lors de la saison 2011-2012, il est en retrait durant la première partie de saison. Il semble prendre enfin du recul. Son fils Franck, qui semble moins visé par les supporters prend du galon et s’occupe des affaires sur Nantes. Kita semble également laisser le sportif au coach Landry Chauvin. Mais finalement cette entente va voler en éclat. Les attaques dissimulées de chacun par média interposé, l’arrivée in extremis de Bangoura au mercato d’hiver qui semble être un choix du président et non du coach viennent semer le trouble. Le divorce est d’actualité. Malgré le soutien de beaucoup de supporters qui voyaient en Chauvin le dépositaire du renouveau du jeu nantais, il est licencié. Le FCN doit repartir de zéro et Kita est encore désigné comme unique responsable. On se moque de lui. Moqueries qui prennent de l’ampleur quand la rumeur Der Zakarian fait son arrivée pour reprendre le poste d’entraîneur alors qu’il avait été remercié injustement par ce même Kita après 3 matchs de Ligue 1 de la saison 2008-2009 malgré la remontée en L1 du club dont il était le grand artisan.

Mais voilà, comme l’avoue le président, des gens sont partis. La gestion est vraiment bicéphale : le père et le fils. Il n’y a plus d’intermédiaire entre le coach et la direction. Et cela fonctionne. Le club retrouve l’élite en mai 2013. Le centre de formation est relancé avec les équipes premières dans toutes les catégories et l’équipe réserve qui retrouve la CFA.  Franck Kita a davantage fait le boulot de comm’. Le président sort de l’ombre ponctuellement. Et ses propos souvent raillés sont bien mieux construits et réfléchis. Alors oui sa ligne de défense pour le cas Djordjevic expulsé pour insulte envers l’arbitre fera rire (jaune) mais ses sorties médiatiques à quelques journées de la fin de saison (interviews sur Radio Côte d’Amour après le match contre Monaco, sur France 3 Pays de la Loire à l’occasion des 70 ans du club) sont pertinentes et lucides. Il met en avant les éléments extérieurs à la maison jaune qui nuisent à la remontée en L1. Il cible le comportement des instances du football français vis-à-vis du FCN : LFP, FFF, commission de discipline. Et ça on aime !

Les dernières informations associées au président sont ses larmes de joie après la victoire contre Sedan et son interview d’il y a quelques semaines au micro de Ouest-France où il affirme que « maintenant, je pourrais partir tranquille… ».

Alors chers Anonymous, les larmes du président vous donnent-elles envie de le voir rester pour la saison en Ligue 1 ou bien vous êtes plutôt d’avis qu’il parte « tranquillement » comme il le dit ? 

A vous de juger !

Lire la suite