Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Analyses Footballistiques

Communiqué du comité des FCN Anonymous concernant l'opération « Supporters et Responsables »

Publié le 21 Juillet 2013 par

Introduction :

Comme vous le savez le comité des FCN Anonymous fait partie du collectif « Supporters et Responsables ». Le projet de financement (récolte de dons de supporters) de l’amende de 25000 euros infligée au FC Nantes par la commission de discipline de la LFP a fait un mini « buzz » sur la planète jaune et verte.

Le projet est parti très vite, l’engouement aussi. Depuis quelques jours, le rythme des dons a ralenti. Les vacances sont là, il y a moins d’activités sur les réseaux sociaux entre autres. Et surtout : beaucoup d’indécis et de gens opposés au projet ne souhaitent pas participer et n’en font pas une belle publicité. Et nous les comprenons ! Le projet est sûrement parti trop vite et la communication n’a pas été bonne. Nous vous prions de nous excuser et nous tenions à faire un point avec vous sur ce qui s’est passé depuis le 26 juin, date à laquelle la commission de discipline a communiqué la sanction. Nous voulons aussi vous expliquer pourquoi le comité des FCN Anonymous s’est senti concerné par cette sanction et quel message il souhaitait faire passer au monde du football, pas qu’aux supporters du FC Nantes.

 

Le contexte général de la sanction : la répression 

En tant qu'Anonymous, en nous lançant dans le projet nous voyions l'opportunité de communiquer sur un malaise dans le football, surtout en France : la répression dans le football à tout niveau. Il semble en effet interdit d'exprimer librement sa joie, que l'on soit joueur, supporter "ultra" ou même simple supporter.

1) Cas des joueurs : un exemple

Ils retirent leur maillot pour célébrer un but, ils sont remplis de joie : ils reçoivent un carton jaune, même s'il reste sur le terrain et même s'ils ne portent pas de message publicitaire sous leur maillot.

N’oublions pas qu’un joueur peut donc être expulsé pour avoir été heureux si c'est son 2ème carton jaune ou même suspendus  plus rapidement pour un prochain match (3 cartons jaunes en moins de 10 matchs). Les arbitres ne font pas de compromis. C’est la règle…

Rares sont les sports qui peuvent se vanter de punir la joie. Le football en fait partie !

2) Cas des supporters « ultras » : un exemple

Ces supporters (oui ce sont avant tout des supporters même si les médias semblent l’oublier) vouent une véritable passion pour leur club. Cela se traduit au stade par des encouragements réguliers. Sans eux l'ambiance est pratiquement inexistante. Ils font du bruit ils animent les tribunes avec des chants et banderoles/tifos. Ils donnent très souvent une vraie leçon de « supporting ». Au lieu de comprendre la manière dont ils expriment leur joie, les instances du football souhaitent les éradiquer. Surtout à l’approche de l’Euro 2016 où la France veut montrer des tribunes où rien de bien agité ne se passe car il ne faut pas faire peur à des « clients » potentiels plus riches qui aimeraient aller au stade comme ils vont au théâtre.

La tendance de ces derniers mois est de les faire passer pour des hooligans. On les assimile à des casseurs à tort.

Pourtant des solutions existent. Ils aiment utiliser des fumigènes en tribunes, en France on interdit cela mais ce n’est pas une règle mondiale. Dans certains pays l’utilisation des fumigènes est autorisée car elle est systématiquement encadrée (en Norvège certains supporters ont été habilités à faire usage de fumigènes dans les stades). En France on doit attendre un évènement spécial pour avoir le droit de les utiliser (anniversaire : 70 ans du FCN contre Auxerre).

3) Cas des supporters : un exemple
Quoi de plus beau que de communier avec son club en envahissant la pelouse APRES le coup sifflet final pour exprimer sa joie après une montée dans l’élite, une qualification pour la finale d’une coupe nationale ou encore pour une qualification en ligue des champions ? Pourquoi l'interdire ? Pourquoi punir ces supporters quand tout s'est bien passé ? A Monaco il y a eu des débordements, sanction logique. A Rennes, Saint-Etienne et Nantes non.

 

Le projet : son origine

Il s'agit de rentrer dans le jeu de la LFP et donc de se fier au règlement. Il est interdit d’envahir une pelouse même après coup de sifflet final. Cette règle peut paraître stupide, elle existe. Nous avons-nous-même des avis plutôt tranchés sur cette règle…Mais si elle existe, il est normal que l’organisme qui a pour charge de la faire appliquer, use de sanction. Mais à chaque fois c'est le club qui est puni alors qu'il a mis un dispositif exceptionnel pour empêcher l'envahissement. Plusieurs jours avant le match contre Sedan et avant le coup d'envoi du match contre Sedan, un seul credo répété (communiqué officiel, interview Luc Delatour, speaker du stade) : "Restez dans les tribunes".

De plus nous sommes surpris de la disparité des sanctions : 5000 euros pour Rennes, 25000 euros pour Nantes… mais ne soyons pas naïfs : la sanction rennaise n’a été diminuée qu’après appel.

Des règles stupides, il en existe beaucoup en France et pour faire bouger les choses, il faut en parler. Ce projet a pour but de faire parler de cette règle. Nous vous rappelons, au passage, qu’en France, il est interdit d’appeler son cochon Napoléon. Personne ne parle jamais de cette loi Loufoque donc cette loi va perdurer.

 

Certains supporters ont trouvé que la LFP désignait une "mauvaise cible". Ils ont trouvé la sanction injuste et se sont dit pourquoi ne pas la payer. Un stade à guichets fermés contre Sedan représente 36000 personnes. Le montant de l’amende est de 25000 euros. Nous pouvions partir sur le principe du 1€ par supporter pour rembourser. Somme symbolique. 

Avant tout faire passer un message. Les supporters prennent la parole. Ce sont des gens responsables MAIS frustrés par cette répression inappropriée.

 

Lancement du projet :

Il a été lancé moins d'une semaine après la sanction, mercredi 3 juillet en soirée.

Il a pris forme à la suite d'une discussion sur Twitter entre quelques supporters le soir du 26 juin, date à laquelle nous avons tous pris connaissance de la sanction. Ceux qui ont voulu concrétiser cette opération de financement sont 2 supporters nantais à Paris et 1 vivant à Nantes qui lui était sur la pelouse après le match contre Sedan. Les 2 premiers n’étaient pas au match mais comme beaucoup de supporters exilés ils y seraient allés. Joie et communion trop fortes.

 

Récolte des fonds : le choix de la plateforme KissKissBankBank (KKBB)

Les avantages de KKBB : fiabilité et transparence. Cela se passe sur internet. Pas de récolte de dons par courrier, ou « quête » dans Nantes ou au stade.

Si la somme récoltée n'atteint pas l'objectif (30000 euros : montant amende + frais KKBB + achat goodies) : remboursement des dons. Pas de détournement de fonds possible.

Les inconvénients : paramètres clés non modifiables (somme + timing de la récolte).

Remarque : la somme à rassembler est importante. D'ici là le club aura peut être payé l'amende. Il ne s'agit pas de payer 2 fois alors ! Le collectif en est bien conscient.

Le projet possède un degré de liberté sur l’utilisation de l’argent et c’est très bien, pourquoi ? Dans le fond il serait idéal que la LFP ne récupère pas un seul centime de l’argent des supporters du FC Nantes. Elle n’a pas besoin de cela. Et puis elle se ridiculiserait à venir prendre l’argent directement à ceux qui font vivre les stades.  Nous attendons qu’elle annonce officiellement qu’elle n’acceptera pas la somme récoltée.

De là, nous pourrions nous dire que l’opération peut alors être stoppée. Sauf que cette opération a permis de faire parler des supporters du FCN et qu’ils ont une revendication sur les envahissements de terrain festifs. Cette tradition devrait être acceptée du moment qu’elle est bien encadrée. Il est nécessaire de la faire partager et c’est pour cela que le projet pourrait être intéressant à poursuivre.

Dans ce cas que faire de l’argent récolté ? Et bien dans un premier temps nous pourrions envisager de le donner à notre club de cœur, le FC Nantes, qui s’engagerait à le redistribuer à des associations de la région nantaise liées plus au moins au FC Nantes (engagement écrit dans un courrier officiel). Seule ombre au tableau : juridiquement le projet ne permet pas au club de récupérer si simplement l’argent. Afin d’éviter toute complication, il préfèrerait laisser les supporters gérer cet argent, fruit d’une action 100% supporters FCN.

De plus, la direction du club nous a contactés pour exprimer son émotion et sa gratitude envers cette action inédite. Ils sont surpris d’autant plus qu’il se préparait à s’acquitter de l’amende en indiquant à la LFP (et sûrement à ses supporters) que "la joie des supporters pour la remontée mérite bien 25000€" (propos d’un membre de la direction). Le club compte bien payer l’amende et ne pas accepter l’argent de ses propres supporters.

Une solution qui paraît la plus intéressante serait de verser l'argent directement à ces associations. Dans ce cas le collectif ferait appel aux supporters et aux donateurs pour lister des associations potentielles et les contacter.

Les associations ciblées sont celles qui aident les enfants malades/handicapés et les aider à financer des déplacements au stade. Nous préférons exclure les associations/groupes de supporters car cela voudrait dire que l'on redistribue au final de l'argent à ceux qui ont donné sur KKBB. Moralité ? Zéro.

 

Evolution du projet depuis son lancement le 3 juillet 2013

Le projet était donc parti très fort (moyenne de dons de plus de 15€ par supporter en moins de 48h). Il a eu le droit à une belle exposition médiatique (presse et radios locales, France 3…). Les médias nationaux (RMC et l’Equipe par exemple) n’ont pas encore été contactés.

Cependant comme il était inévitable un essoufflement dans les jours suivants est arrivé comme mentionné auparavant.

 

Actuellement à l'ordre du jour

Faire un bilan entre membres du collectif « Supporters et Responsables ».

1) Dialoguer avec le club sur la tournure à donner au projet. Soutien officiel ou non ? Le club pourrait apporter une preuve de son soutien sans pour autant s’impliquer davantage dans le projet qui se veut 100% supporters.

2) Discuter avec la LFP pour voir si elle accepterait l'argent et si elle s'engage à le redistribuer aux associations de football (région nantaise). Si elle refuse : communiqué officiel ou preuve écrite dans les plus brefs délais ! Même chose pour le club.

ET SURTOUT les urgences :

Communiquer aux intéressés le vrai visage de cette opération « sensibilisation » et leur demander s’ils sont TOUS d’accord pour que leur participation (actée ou future) soit destinée ces associations. Si certains qui ont déjà donné souhaitaient uniquement donner leur argent à la LFP  ils doivent se signaler car cela signifie que le projet doit s’arrêter par respect pour eux. Nous ne souhaitons pas faire partie d’une opération qui a « forcé » des gens à donner pour quelque chose qu’ils ne cautionnent pas.

Rappeler que si la somme de 30000 euros n’est pas atteinte avant le mois de septembre, l’argent récolté sera intégralement redistribué aux donateurs (conditions KKBB).

Rappeler que cette opération n’a pas pour but de faire jurisprudence. En montant ce projet il ne s’agissait pas de dire aux supporters qu’à chaque amende on leur demanderait de payer à la place de leur club. Nous pensons qu’avec les explications de ce communiqué, cela est plus clair maintenant. De plus la jurisprudence ne peut exister qu’après une décision de la ligue elle-même, or ce projet est l’initiative des supporters nantais.  La LFP n’a pas de lien avec les supporters concernant les sanctions, elle ne peut appliquer ses règles qu’aux clubs. Attention à la désinformation.

 

Conclusion

Nous pensons qu’avec ce communiqué, ceux qui ont participé, ceux qui s’apprêtaient à le faire ainsi que les indécis et de dissidents, y verront plus clair. Ce communiqué n’a pas pour but de forcer qui que ce soit à participer ou non au projet de financement d’amende ET de sensibilisation à la répression dans le football. Nous souhaitions que les détracteurs aient davantage d’informations afin que certaines de leurs offensives soient annihilées car erronées. Cette opération a vraiment pour but d’unir les supporters du FCN de tout horizon derrière leur club. Vous avez le droit d’être heureux oui ! Nous ne devrions pas subir de sanction à tout va pour cela.

A ceux qui alimentent la contestation, nous leur disons que si la vision du comité des FCN Anonymous n’est pas retranscrite dans les plus brefs délais dans le projet KKBB, nous sortirons immédiatement du projet. Cela ne signifiera pas que l’on rejoint la contestation car nous ne sommes pas des girouettes. Connaissant les gens qui gèrent le projet nous souhaiterons rester en contact avec eux pour les convaincre de l’importance du message à faire passer. Nous ne changerons sûrement pas la loi du jour au lendemain mais nous pouvons amener un vrai débat qui remettra en cause cette répression.

Nous aimerions beaucoup rester dans ce collectif et diffuser notre façon de raisonner dans les médias croyez-nous. Défendre le club contre les injustices des grandes instances, voici nos valeurs.

Nous serons donc très attentifs à vos commentaires sur ce communiqué. Si vous souhaitez nous interroger, vous pouvez nous envoyer un mail : fcnanonymous@gmail.com. Si vous souhaitez contacter le responsable du projet, nous vous invitons à nous contacter par MP sur la page Facebook.

Bien cordialement,

Le comité des FCN Anonymous

Lire la suite

La presse vénézuelienne salue l'arrivée de Vizcarrondo au FC Nantes

Publié le 7 Juillet 2013 par

Le journal Vénézuélien "Lavinotinto" a publié un article vantant l'arrivée de Vizcarrondo au FC Nantes mais également le fait que deux autres joueurs vénézuéliens soient présents dans notre club. Je vous met le lien de l'article original, pour les hispanophones :

http://www.lavinotinto.com/04-07-2013/el-vino-mas-frances/

Pour ceux qui ont un peu de mal avec l'espagnol, voici l'article en français traduit par nos bons soins. Bonne lecture !

"La progression et le succès des footballeurs vénézuéliens est un fait tangible et notoire depuis maintenant 13 ans, plusieurs joueurs de notre sélection nationale ont exploré des territoires qui autrefois semblaient inaccessibles pour nos compatriotes.

Un exemple évident en est le recrutement d’Oswaldo Vizcarrondo par le FC Nantes en France, une équipe dans laquelle il retrouvera ses compatriotes Gabriel Cichero et Fernando Aristeguieta, ce qui constituera l’effectif le plus vénézuélien de la géographie du football international.

Bien que les canaris viennent de gagner leur accession dans l'élite du football français lors de la saison passée, Nantes est une équipe avec un passé, une discipline et un parcours marqué par 70 ans de travail.

L'arrivée du défenseur central du Venezuela, ancien joueur de Lanús en Argentine, renforce encore plus l’ascension des joueurs vénézuéliens, des joueurs qui ont gagné en prestance, en technique et surtout en crédibilité, limitant ainsi le poids négatif de leur passeport.

Dans un premier temps, ce fut Gabriel Alejandro Cichero, le défenseur est arrivé en France en 2012 pour renforcer l'effectif du club français qui à l'époque évoluait en 2ème division. L'ancien joueur du FC Caracas savait ce que jouer en France signifiait, compte tenu du souvenir qu'il avait gardé de son passage peu gratifiant au RC Lens.

Cichero a gagné son poste en devenant le défenseur central titulaire du stratège Michel Der Zakarian qui a parié sur le vénézuélien et qui lui a confié le brassard de capitaine à plusieurs reprises. Cichero lui a répondu en inscrivant plusieurs buts.

En janvier 2013, ce fut au tour de "El Colorado" Fernando Aristiguieta, meilleur buteur du championnat vénézuélien en 2012, et figure majeure de l'attaque sous l'ère Bencomo, qui a décidé de partir à Nantes, traversant ainsi le pont tendu par son compatriote.

Lors de sa première saison, Aristiguieta a marqué six buts, une dose suffisante pour assurer son avenir dans le projet du club pour les quatre prochaines saisons.

Avec l'arrivée d'Oswaldo Vizcarrondo, Nantes contera dans ses rangs trois joueurs vénézuéliens, un trio évoluant dans la sélection nationale de César Farias ce qui renforcera encore plus la progression du football vénézuélien.

Le défenseur vénézuélien couronne ainsi une saison exceptionnelle avec Lanùs, entrainé par Guillermo Barros Schelotto, une équipe qui a bataillé dans les tournois préliminaires et de fin de saison en Argentine et qui a validé son ticket pour la Copa Sudamericana 2013.

Comme dit le proverbe, le train ne passe qu'une fois, Oswaldo Vizcarrondo a su le prendre. A 29 ans il réalise son rêve de jouer en Europe et il le réalise avec deux vieilles connaissances.

Nous espérons que ce train continuera à rouler et que beaucoup d'autres joueurs pourront franchir le pas vers le football international et permettre ainsi l'essor de ce sport au Venezuela."

Lanovinto.com

La presse vénézuelienne salue l'arrivée de Vizcarrondo au FC Nantes
Lire la suite