Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Analyses Footballistiques

Bonus du jeu "On Garde En Ligue 1" : Michel Der Zakarian

Publié le 5 Juin 2013

"Oh Filip!", "Lucaaaaaaaaaaas!" "Putain Yohan merde!!" Oui MDZ gueule sur un terrain, avec lui ce n'est jamais MDR. L'Arménien a le sang chaud, un lion en cage lors des matchs, prêt à bondir sur un joueur, l'arbitre au cas où il y aurait quelque chose à dire sur une situation. Michel est un homme qui ne lâche rien, un gagneur. Il a toujours voulu tirer le maximum de ces joueurs.
 
Un homme de parole, lui qui n'a connu que deux clubs dans sa carrière, le FC Nantes dixit "son club de cœur" et le Montpellier Hérault Sporting Club sa "2ème maison". Der'Zak est un leader naturel. 166 matchs au FCN entre 1980 et 1988 puis 263 matchs au MHSC entre 1988 et 1997. Une carrière bien remplie. Suite à de nombreuses blessures, le Franco-Arménien arrête sa carrière en 1997 puis prend en charge l'équipe C des Héraultais à partir de 1998. Avant de prendre en main l'équipe B et ceci pendant 7 ans. Attaché aux valeurs, Michel prône souvent la stabilité : "une équipe fonctionne sur la durée et il faut la construire". Après plusieurs années dans le Sud, il revient à l'été 2006 en Loire-Atlantique avec comme mission de s'occuper des joueurs non-retenus en équipe première. Sur le plan sportif, le club va mal, une saison noire. Serge Le Dizet est viré en Octobre 2006, remplacé par Georges Eo, Michel Der Zakarian devient alors entraîneur adjoint. Mais les mauvais résultats s'enchaînent et au cœur de l'hiver, Eo comme son prédécesseur quitte le club, Rudy Roussillon, contraint et forcé, décide de donner les rênes de l'équipe première à MDZ. Son objectif sauvé le club de la relégation en L2, malheureusement pour lui, la descente est inévitable. Le FCN 44 années consécutives en L1, quitte la première division pour la seconde. La fin d'une époque.
 
Roussillon parti, c'est Luc Dayant qui prend en charge par intérim du club des bords de l'Erdre à l'été 2007. Suite au rachat de Waldemar Kita, le poste de Der Zakarian est menacé, néanmoins le fantasque président Polonais se ravise et laisse donc les clés du camion au Franco-Arménien, la suite lui donnera raison. Le FC Nantes grand favori de cette L2, est l'équipe à abattre, "les petits clubs" ne sont pas inhibés à affronter l'un des piliers du football français. Mais dès la 1ère journée, suite à une victoire 5-0 contre Reims, on se dit rapidement que les canaris ne feront pas long feu dans l'antichambre de la Ligue 1. Grâce notamment à un recrutement judicieux ( Goussé, Shereni, Moullec, De Freitas, Bagayoko ) des joueurs habitués à ce championnat difficile et physique. Michel Der Zakarian impose sa patte, basé sur une défense solide. Lui chien de garde pendant sa carrière de joueur. Une équipe certes pas très attirante sur le plan du jeu, mais terriblement efficace. Le FCN remonte à l'issue de la saison en L1, 1 an après avoir l'avoir quitté. Mais l'intersaison est compliquée, il se murmure que MDZ ne soit pas conservé, l'entourage du président Kita le souhaite forcément. Après un mauvais départ en championnat ( défaite à Auxerre et Bordeaux, nul contre Monaco ) il est remercié et remplacé par Elie Baup.
 
Après une année sans entraîner, il signe à Clermont à l'été 2009. Il y restera pendant 3 ans. Marqué notamment par une 6ème, 7ème et 5ème place.
 
A la surprise générale, le coach Franco-Arménien revient au FC Nantes, 4 ans après avoir été limogé. Dès son arrivée il souligne qu'à l'époque l'entourage autour du président n'était pas bon. L'objectif de MDZ est clair, le FCN doit retrouver là L1 lui qui végète depuis 4 années en L2. Le technicien a carte blanche sur le recrutement, il choisit lui-même ses hommes. Des joueurs quittent le club, d'autres arrivent. Parmi eux, des garçons habitués aux joutes de la Ligue 2 ( Deaux, Eudeline ), des joueurs d'expérience ( Madouni, Cichero ). Après un départ moyen, les canaris enclenchent la marine. Der Zakarian impose deux dispositifs, un à domicile et à un l'extérieur. La mayonnaise prend et les résultats sont là. A la trève le FC Nantes est champion d'automne. Malgré des résultats en dents de scie, les jaunes et verts restent sur le podium et ce depuis octobre. Une régularité qui rappelle la saison 2007-2008, à l'époque l'entraîneur Nantais avait une solide défense, une équipe forte en contre-attaque. Les ingrédients sont les mêmes et la suite sera la même. Après un long enfer en L2 ( 4 ans ) le FC Nantes retrouve la Ligue 1 suite à sa victoire contre Sedan lors de la 37ème journée.
 
Michel Der Zakarian est donc le seul homme à avoir fait remonter le club en L1, en s'appuyant à chaque fois sur les mêmes principes, les mêmes valeurs. Le coach a toujours appliqué une mentalité de gagneur à ses joueurs, le plus important à ses yeux reste la victoire et pas le jeu pratiqué. Certains vont s'étouffer en voyant cette phrase, mais la réalité est là. Sans pratiquer forcément un beau jeu, le FCN remonte en L1. S'appuyant sur une défense de fer et une efficacité. Les connaisseurs le savent, pour accéder à l'élite il faut : une défense, de la régularité et un buteur. D'ailleurs MDZ est le seul entraîneur à faire marcher Filip Djordjevic, une confiance règne entre les deux. Le coach des canaris qui emploie très souvent une phrase : "défendre" et gagner "ensemble". Ses joueurs l'ont tous compris cette saison, le même objectif pour tous. Lucas Deaux, le "Barjot" comme le surnomme MDZ ne tarit pas d'éloge sur son entraîneur : "il est franc et droit. Quand il avait quelque chose à me dire il me l'a dit en face. Cela fait plaisir de savoir qu'il n'aurait pour rien au monde échangé son groupe contre un autre". Der'Zak qui a reconnu en avoir fait baver à sa femme toute la saison :  "Un grand merci à ma femme également. Je lui ai fait passer de très mauvais moments. Elle mérite toutes mes félicitations car j’étais infernal à la maison."
 
Michel Der Zakarian, un homme de valeur, le symbole du renouveau Nantais. Ses joueurs l'apprécient, il a réussi à faire naître un groupe. Mais vous, souhaitez-vous conserver MDZ en L1?
Commenter cet article

carlosroulos 09/06/2013 23:51

moi j'en ai une impression mitigée : j'aime le coté bosseur , exigeant et pragmatique mais sa vision "on défend d'abord et on voit apres" est quand meme assez étriquée , surtout dans un club comme le notre . Donc oui il nous sort 2 fois de la ligue 2 et ça on ne peut que l'en remercier mais j'aimerais voir plus d'ambition au niveau de la qualité du jeu et ça on sent bien qu'il s'en tape completement