Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Analyses Footballistiques

Articles avec #derives du football catégorie

La magie de la coupe de France : le tirage en chapeaux des 32èmes de finale ou comment éliminer les « petits » clubs plus facilement

Publié le 10 Décembre 2013 par TEAM FCN ANONYMOUS dans Dérives du football

Article rédigé l'an dernier (20 décembre 2012).

Il est important de rappeler à ceux qui découvrent le réseau FCN Anonymous que nous étions déjà présents en Ligue 2 et que nos sujets de sensibilisation n'ont pas changé avec la remontée.

La destruction de la magie de la coupe de France est l'un des sujets qui nous tient à coeur.

 

Voici ce que nous avions relaté l'an dernier :

 

Pour ceux qui s’intéressent au football au point de suivre la manière dont sont effectués les tirages de coupe de la ligue et de coupe de France, il y a de quoi se dire qu’en France les chances de l’emporter sont devenues inégales suivant le club que nous supportons. Et nous ne parlons pas du tout du plan sportif.

Nous savons déjà qu’avec la nouvelle formule de la coupe de la ligue (existence de clubs têtes de séries, les clubs participant à des compétitions européennes rentrent en 8èmes de finale), l’inéquité sportive est déjà bien présente et non remise en question. Surtout quand on sait que les clubs professionnels de Ligue 2 rentrent en 32èmes de finale, soient 2 tours plus tôt.

Plus le club a du standing, plus il est avantagé. Plus un club a de bons résultats, plus il est avantagé. On fabrique de faux palmarès à des clubs qui ne le méritent pas plus que cela. Et après quand ces clubs se confrontent au football européen c’est la débandade car les petits privilèges et facilités qu’on leur accorde en France ne s’appliquent plus à l’échelle européenne.

 

En ce qui concerne la coupe de France, il est intéressant d’examiner la manière dont est réalisé le 9ème tour de coupe de France, c'est-à-dire les 32èmes de finale, tour à partir duquel les clubs de l’élite font leur rentrée. Depuis 2007 (minimum), le tirage du 9ème tour n’est plus intégral. Il est sous forme de 4 chapeaux dans lesquels sont placés 16 équipes (4 x 16 = 64 équipes, le compte est bon). Dans ces chapeaux, l’homogénéité est pratiquement respectée. Cela veut dire que la FFF s’arrange pour mettre le même nombre de clubs de Ligue 1, Ligue 2, National, CFA et CFA2 dans chaque groupe. Pour les divisions inférieures (DH, DHR, PHR…), c’est plus libre car ils sont moins nombreux mais cela reste équiréparti dans chaque groupe.

Ce qui est primordial de se demander c’est la nécessité d’un tel tirage. Pourquoi ce tirage par chapeaux a remplacé le tirage intégral ? Certains disent que ces chapeaux représentent une sorte de « région » et que le tirage est en fait devenu régional. Soit, alors pourquoi en 2012 le FC Nantes se retrouve dans le même chapeau qu’Ajaccio ? Et il y a plein d’autres exemples comme cela*. Ce n’est donc pas un tirage « géographique » ou bien cela veut dire que certains ont des notions géographiques qui font froid dans le dos.

 

Voici quelques éléments de réponses plus sérieux puisque basés entre autres sur un raisonnement mathématique. Ceux qui connaissent la notion de probabilité, c’est le moment de ressortir vos cours !

Tout d’abord, si on regarde de plus près la répartition des clubs de Ligue 1 par exemple, on se rend compte qu’il ne s’agit pas seulement de prendre les 20 clubs et de disposer 5 clubs aléatoirement dans les 4 groupes. Si on décortique attentivement la répartition de ce tirage chaque saison depuis qu’il est mis en place, on se rend compte que les clubs comme le PSG, l’OM, l’OL et le champion en titre de la saison précédente sont placés dans des chapeaux différents. En clair, ils sont considérés comme têtes de série avec l’impossibilité de se rencontrer avant les 16èmes de finale. Quel coup de maître ! Le tirage par chapeaux permet donc de les protéger pendant un tour de coupe, la FFF est certaine de garder ses 4 principaux cadors pour les 16èmes de finale, tour à partir duquel le tirage redevient intégral.

Et cette protection souhaitée provoque bien sûr des dommages collatéraux. Envers qui ? Toujours envers les mêmes, les clubs moins huppés. Si la FFF protège les cadors en les empêchant de se rencontrer, cela veut donc dire que ces cadors vont avoir plus de chance de rencontrer des équipes de plus faible standing. Les petits poucets, par exemple, ont plus de chance de tomber sur un gros que sur un club de leur niveau avec ces chapeaux. Et en voici la démonstration.

Prenons l’exemple d’un club de DH qualifié pour les 32èmes de finale :

1)      avec un tirage intégral, il a 20 chances sur 63 de tomber sur un club de L1, soit 1 chance sur 3.

2)      avec un tirage par chapeau contenant 16 équipes dont 5 de L1, ce club de DH a donc 5 chances sur 15 de tomber sur un club de L1, soit 1 chance sur 3.

 

Par conséquent on voit que la probabilité pour un club de DH de tomber sur un club de L1 reste la même.

Par contre, la probabilité qu’a un club de DH de tomber sur un club de niveau équivalent (englobons CFA2/DH/DHR/PHR) chute énormément avec ce système de chapeaux. En effet, si nous regardons par exemple le nombre d’équipes de CFA2, DH, DHR et PHR engagées dans le 9ème tour de la coupe de France 2012-2013, nous constatons qu’elles sont au nombre de 13 sur 64.

Par conséquent,

1)      dans le cas d’un tirage intégral, une équipe de ce niveau a 12 chances sur 63 (soit 19 %) de jouer une équipe de même niveau (CFA2/DH/DHR/PHR).

2)      dans le cas d’un tirage par chapeau où les équipes sont équiréparties (en 2012-2013, on retrouve environ 3 clubs de CFA2/DH/DHR/PHR par chapeau de 16 équipes), une équipe de ce niveau a 2 chances sur 15 (13 %) de tomber sur un club de son niveau.

 

On peut aussi voir qu’avec le système de chapeaux, les clubs de Ligue 1 ont moins de chance de jouer entre eux. En effet,

1)      lors d’un tirage intégral, un club de Ligue 1 a 19 chances sur 63 (30,2%) de tomber sur un autre club de Ligue 1.

2)      Lors d’un tirage avec chapeaux, un club de Ligue 1 a 4 chances sur 15 (26,7%) de tomber sur un adversaire de niveau Ligue 1.

 

Le système de chapeaux utilisé au 9ème tour de la coupe de France a donc deux principales utilités qui vont à l’encontre de l’équité sportive qu’on continue d’attribuer à cette coupe :

- Il protège les clubs de Ligue 1 les plus huppés et le champion de France en titre. Le critère « huppé » est le plus injuste quand on sait que le PSG a réalisé des saisons de L1 très mauvaises durant cette période (NB : depuis 2007) et qu’on se permet de l’avantager quand même. Il a remporté plusieurs de ces coupes de France. Ces trophées remportés sont à relativiser avec l’emploi de ces chapeaux.

- Il désavantage les clubs de division inférieure en limitant la possibilité de chocs entre eux et en limitant le nombre de confrontations Ligue 1 vs. Ligue 1.

 

Grâce à cela, la FFF arrive à éliminer beaucoup plus de clubs amateurs en 32èmes de finale. Le but est de faire de l’audience, de faire de l’argent. La FFF se moque de voir un « nouveau Calais » arriver en finale. Au contraire, elle veut un stade de France plein pour la finale. Elle veut une vraie affiche pour faire monter le prix des places et tout le marchandising qui suit. Elle veut des retombées médiatiques. A l’instar de la nouvelle formule de la coupe de la ligue, la FFF veut des clubs huppés en finale pour être certain de solliciter un maximum de supporters français mais aussi pour être certain d’envoyer un club armé en coupe européenne. C’est complètement injuste de qualifier en Europa League des clubs de L1 qui sont protégés de la sorte.

Maintenant que vous avez pris connaissance de la stratégie de la FFF et des instances footballistiques en France, nous espérons que vous « tilterez » quand les médias qui aborderont la coupe de France oseront dire : « la Ligue 1 s’en sort bien », ou « pas/peu de chocs entre L1 en 32èmes de finale ». Cela fait plusieurs années qu’au lendemain des 32èmes de finale, nous avons le droit à ce genre de bilan : « les clubs de L1 s’en sont bien sortis, les clubs amateurs ont été décimés ». Maintenant vous avez l’explication.  

Alors bien sûr il y aura toujours des exceptions comme Quevilly en 2012. Mais qu’on ne s’y trompe pas. La présence de Quevilly montre que le niveau du foot professionnel chute année après année et que malgré les arrangements de la LFP/FFF pour cacher cette tendance et favoriser injustement les clubs professionnels, les clubs amateurs arrivent encore à s’en sortir. Chapeau à eux ! Mais tiendront-ils encore dans les prochaines années ? Jusqu’où iront nos instances pour cacher la médiocrité de l'élite ? Elles ne s’arrêteront pas là. En coupe de France, nous avons déjà vu que la FFF ne se gène pas pour inverser injustement des matchs « piège » pour les clubs pros. Nous voyons qu’elle décide ne pas homologuer des stades de clubs amateurs** pour des raisons "douteuses" de sécurité alors qu’au tour  précédent le problème ne se posait pas. La FFF fait jouer des clubs amateurs dans des stades qu’ils ne connaissent pas, voire que leurs adversaires pros connaissent mieux (stades de Ligue 2/Ligue 1). Elle impose des matchs en semaine à des horaires inadaptés pour des amateurs**.

 

* le FCN jouera l'OGCN cette saison...2 clubs "voisins".

** deux autres articles sont disponibles sur ce sujet

La magie de la coupe de France : le tirage en chapeaux des 32èmes de finale ou comment éliminer les « petits » clubs plus facilement
Lire la suite

Cash Investigation : le reportage sur les dérives du football, résumé par les FCN Anonymous

Publié le 12 Septembre 2013 par Team FCN Anonymous dans Dérives du football

 

Nous allons imiter l’émission « Touche pas à mon Poste »(D8) avec comme chronique « J’ai zappé ? J’ai maté ? » sur Cash Investigation.

Le sujet d’hier soir : « Foot Business, enquête sur une omerta ». Autant vous dire que nous avons bien entendu maté, et nous n’avons pas du tout été déçu

Dans ce reportage, on y a appris certaines choses intéressantes, comme le fait qu’un supporter lyonnais dépense en moyenne 600€ par an pour son club, ou bien qu’Adidas sponsorise une 30aine de mineurs en France.

Mais le plus important n’est pas là. Ce qui nous a plu, c’est la façon avec laquelle Elise Lucet (Journaliste France 2) a enquêté dans ce monde qui ne tourne plus tout à fait rond….

Dans ce reportage, Le Graet se ridiculise en admettant franchement qu'un agent qui a "une bonne tête et qui parait bien" peut continuer à exercer après une condamnation (chose interdite par le règlement). Il pense que le football français est « sain »…

Concernant l’UEFA, Michel Platini, à son arrivé en 2007, fait une promesse (sur les fonds d’investissements) toujours pas réalisée aujourd’hui…. Paroles, paroles et paroles !!!

La partie sur la FIFA est elle aussi très intéressante, interview du n°2 de la FIFA : MR Jérome Valcke

«Il est urgent d’avoir un règlement sur les tiers-parties, on est en train de travailler dessus » - 5 mois après, toujours rien !!! Le journaliste parle alors de Laxisme du football mondial…..

Ils ont aussi insisté sur l'affaire Carlos Sanchez (joueur de Valencienne). Il a été vendu à un club Chilien cet été et est revenu en prêt, tout ça pour diminuer les charges du club.

Ils ont évoqué la corruption énorme qui existe à la fifa, en effet il y a eu plusieurs affaires de corruption : pots de vins d’une entreprise « ISL » (droit TV) - 10.5 millions d’euros pour un responsable.

Et pour finir, la partie sur la DNCG qui a la même adresse que la LFP (Le contrôleur habite chez le contrôlé…. No comment !!!
« Quand la DNCG arrive, c’est pour boire du champagne » lance un interviewé….

En conclusion le football est pourri de tous les côtés, ce qui a pour conséquence de vider nos stades (- 50 000 personnes en 5 ans)…

Un reportage à voir absolument aminonymous !! Et qui nous donne une raison d'exister sur cette planète foot en perdition.
http://www.france2.fr/emission/cash-investigation

Cash Investigation : le reportage sur les dérives du football, résumé par les FCN Anonymous
Lire la suite

La magie de la coupe de France : une nouvelle coupe de la ligue déguisée

Publié le 23 Janvier 2013 par Team FCN Anonymous dans Dérives du football

Article mis à jour le 11 décembre 2013.

 

Sur ce blog, il a déjà été abordé le fait que la FFF a bien contribué à démolir la magie de sa coupe de France. Le monde amateur, habituellement mis à l’honneur lors de cette coupe, en a fait les frais.

 

Pour cela elle s’y prend grâce à trois mesures majeures :

  1. Utiliser depuis 2006 un tirage par chapeaux en 32èmes de finale au lieu d’un tirage intégral (voir article correspondant : la magie de la coupe de France : acte II).
  2. Proposer des dates et horaires de matchs inadaptés au monde amateur (tours de coupe en pleine semaine, horaires de certains matchs fixés avant 20h).
  3. Jouer sur le règlement compliqué de l’homologation des stades pour forcer les clubs amateurs à ne pas jouer dans leur propre enceinte.

 

Nous verrons que les autres grands gagnants de ces mesures sont les diffuseurs TV. Ces mesures ne sont pas appropriées au monde amateur et sont davantage adaptées au monde professionnel. Les diffuseurs ont plus de chance de se retrouver avec des affiches dignes de la coupe de la ligue, dans des stades qui leur permettent de faire une retransmission de qualité et à des horaires qui les conviennent pour leur grille de programme.

 

Développons les trois mesures qui nuisent au monde amateur :

 

1-Le tirage par chapeaux lors des 32èmes de finale 

L’article sur « la magie de la coupe de France acte 2 » explique en quoi ce tirage non intégral, mis en place depuis plus de 6 ans, est défavorable aux « petits clubs » dans le sens où statistiquement la probabilité de jouer entre eux diminue. Ainsi, la FFF arrive à faire une première épuration dès les 32èmes de finale. Elle évite qu’il y ait trop de petits clubs (surtout amateurs donc) qualifiés. Et surtout, en plaçant dans des chapeaux différents le PSG, l’OM, l’OL et le champion de L1 de l’année passée, elle s’assure de les protéger au moins un tour en empêchant toute confrontation directe, à la manière des têtes de série.

Cela est choquant quand on sait que la coupe de France donne la part belle au monde du football amateur mais que finalement cette nouvelle façon de procéder au tirage avantage d’abord les professionnels.

Et les avantages ne s’arrêtent pas seulement à cela. La FFF a complètement oublié ce que le monde amateur signifie (avec ses contraintes) et au fur et à mesure que les tours passent, elle demande à des clubs amateurs de se comporter et de se plier aux conditions rencontrées dans le monde professionnel. Cela nous amène à la 2ème raison qui montre que la magie de la coupe est bafouée. 

 

2-Les dates des rencontres et l’horaire choisi.

Un joueur amateur n’est pas professionnel. Cela signifie que le football n’est pas son métier. Cela signifie qu’il travaille la semaine et qu’il n’a pas la tête qu’au foot. Ses compétitions de football sont le weekend. Alors on peut s’étonner de voir que depuis plusieurs années maintenant, la FFF fait jouer les tours de coupe de France après les 32èmes en finale en semaine. A aucun moment elle se met à la place de ces amateurs qui considèrent une rencontre de coupe de France comme quelque chose d’unique et qu’ils ne vont pas la gâcher. Ils vont devoir demander à leurs employeurs de les libérer pour au moins une demi-journée, peu importe si le match est dans l’après-midi ou la soirée. Un match pareil se prépare bien avant dans la tête, pas le jour même. Souvent ils doivent même ne pas travailler toute la journée. Heureusement que leurs patrons sont souvent compréhensifs et qu’ils ferment les yeux pour la coupe de France. Ils comblent la compassion que n’a plus la FFF.

Au final il n’y a pas vraiment de différence entre jouer à 17h ou 21h en semaine pour un club amateur. Ces horaires sont imposés par la FFF à cause du diffuseur qui cherche le bon créneau pour une audience maximale car il a payé pour la retransmission de ce match. La FFF et les diffuseurs (Eurosport, France télévisions) discutent dans leur coin du planning des matchs sans consulter le monde amateur au préalable. Quel dirigeant d’un club amateur pourrait accepter des créneaux de 17h ou 21h en pleine semaine ? Encore une fois cela montre que la FFF essaye de forcer les amateurs à se plier aux règles des professionnels. Ce qui est un gros désavantage. En effet les professionnels le sont toute l’année et sont préparés à cela alors que les clubs amateurs voient arriver des professionnels de manière ponctuelle.

Les matchs de coupe de France en semaine sont clairement une insulte au monde amateur. Il y a 10 ans les matchs de coupe de France (après les 32èmes de finale) ne se jouaient pas en semaine. S’il fallait libérer des weekends pour la coupe, ce sont les championnats professionnels qui s’adaptaient et non l’inverse. Pendant plusieurs mois, le monde amateur prenait les commandes du football et la France entière se liait d’amitié pour ces clubs qui faisaient tomber n’importe qui. Maintenant nous voyons bien que tout cela est pratiquement inexistant. Heureusement que quelques miracles se produisent comme Quevilly en 2012. Mais depuis Calais en 2000, quels autres clubs amateurs ont pu aller si loin dans la compétition car on ne leur mettait pas de bâtons dans les roues ? En 13 ans, les exemples sont infimes.

En parlant des derniers exploits retentissants dans cette coupe, si nous regardons de plus près le détail de ces performances, nous constatons très souvent que le petit club s’est débarrassé du gros dans son propre stade. Cela nous amène à la 3ème raison concernant la perte de magie de coupe :

 

3-L’homologation des stades : clarté et homogénéité feraient du bien

A chaque fois c’est la même histoire. Il y a des polémiques sur l’endroit où va se jouer un match entre un club amateur et un club plus huppé. Et on ne comprend pas toujours les  décisions de la FFF. Elles ne sont jamais identiques. Il y a toujours un contexte spécifique à chaque fois qui lui permet de brouiller les pistes et de faire avaler n’importe quoi au monde amateur.

Suivant le niveau atteint dans la compétition, la FFF a décrété que certaines enceintes ne sont plus homologuées car « elles ne garantissent plus la sécurité », refrain que l’on nous sert à foison. Il serait intéressant d'avoir le détail de ces raisons de sécurité de manière à faire un check-up et de valider chacun des critères. La FFF ne semble pas avoir de critères bien définis et fonctionne au cas par cas. Et les décisions qu’elle prend sont toujours en défaveur du club amateur, même si c’est totalement injustifié et infondé.

Prenons par l’exemple qui suit, nous le garderons en tête très longtemps. Il s’agit du match du 7ème tour de la coupe de France entre le FC Lilas et le RC Lens (saison 2012-2013). Ce match devait se jouer au stade des Lilas en Seine-Saint-Denis, stade qui a déjà reçu des clubs de ce niveau, donc homologué. Finalement la FFF a décidé d’inverser le match et de faire jouer le FC Lilas au stade Bollaert « pour des raisons de sécurité ». Quand on prend la peine de savoir quelles sont ces raisons (la capacité du stade n’est pas remise en question le stade est homologué), on arrive finalement à cette histoire d’intimidation de supporters du PSG (!!) qui se seraient pris la tête sur internet avec des supporters lensois. Ces « supporters » se seraient donné rendez-vous au stade des Lilas à l’occasion du match de coupe pour régler leurs comptes. Voilà la raison principale. Il y a de quoi s’attrister. La FFF laisse une poignée de personnes faire la loi. Elle se laisse intimider par des supporters du PSG qui n’ont rien à voir avec ce match là. Elle défend le monde amateur mais sur ce coup là elle a lâché le FC Lilas en ne répondant pas aux appels au secours de son président qui lui demandait d’assumer le tirage et les divisions d’écart. Inverser le match est vraiment une décision injuste. Aucun compromis. Ne pouvait-elle pas proposer un terrain neutre pour ne pas avantager Lens ? Pour la petite histoire, le RC Lens s’imposera à domicile sur le score serré de…..6 à 0.

Ce qui est intéressant de noter également, c’est que certaines raisons de sécurité sont liées au fait que le stade ne peut accueillir assez de supporters par rapport à la demande. Cela est une raison plus que recevable. De plus, il existe des clubs qui préfèrent jouer dans une grande enceinte pour qu’il y ait davantage de public et comme la recette est souvent promise au club amateur, cela leur fait une meilleure rentrée d’argent. On ne peut pas contester cette position dans ce football business malheureusement. Par contre on peut contester le fait que certains clubs ne veulent pas jouer ailleurs que dans leur stade car ils veulent jouer la coupe à fond et faire tomber les plus gros dans une ambiance "hostile" (dans le sens 100% pour la petite équipe) .

Nous pouvons également remarquer que même un club possédant un stade homologué pour recevoir un club de L1 peut se voir refuser cet honneur. Dernier exemple en date : le club de Moulins à qui on a dans un premier temps obligé de jouer son 16èmes de finale contre Bordeaux à Clermont. La raison ? Eurosport voulait diffuser la rencontre et l’éclairage n’était pas suffisant pour avoir une retransmission correcte. Encore une fois on demande à des clubs amateurs de se plier aux exigences des diffuseurs qui pensent « pros ». Au final, le président de Moulins a menacé de boycotter ce match et a eu gain de cause. Le match se déroulera bien dans le stade de Moulins. Et Eurosport a décidé de se retirer. Justice est faite pour un club à qui on a manqué de respect dès le départ.

Encore une fois nous voyons que les amateurs ne sont pas consultés au préalable. Les diffuseurs décident de retransmettre des matchs qui sont intéressants pour eux. Ensuite la FFF prend les mesures nécessaires pour satisfaire le diffuseur (horaires burlesques, déménagements dans des stades inappropriés pour le club amateur).

Il n’y a pas de secret. Un club de division inférieure à la Ligue 1 a plus de chance de se qualifier sur un match s’il joue dans son stade. L’une des grandes surprises des 32èmes de finale est venue d’Epinal qui a éliminé l’OL. Mais Epinal est en National et ils ont un stade homologué. Epinal jouait à domicile. Lyon a fait tourner un peu son effectif. La motivation d’Epinal a comblé tout cela. Même constat pour Plabennec contre Reims. Habitué de la coupe de France ce club fait souvent de bons parcours. Par contre en 16èmes de finale, le fait de rencontrer Lille l'a obligé de jouer à Brest au stade Francis Le Blé. Terrain inconnu, pas de guichets fermés, ambiance plus diluée, davantage de supporters adverses : les ingrédients d'une élimination annoncée.

 

Nous avons l’impression à chaque fois que la FFF imagine un énorme engouement et qu’elle préfère obliger de faire jouer les petits clubs dans des stades à moitié vide que dans une enceinte plus petite mais pleine. Encore une fois si c’est un souhait du club amateur, de déménager, il faut les écouter et accepter. Mais s’ils ne le souhaitent pas, il n’y a aucune raison de les forcer.

Comment peut-on faire jouer des clubs, qui doivent recevoir à domicile suite à un tirage, dans des stades qu’ils ne connaissent même pas ? Pire : pourquoi les faire jouer dans des enceintes que leurs adversaires connaissent mieux ?

Cette compétition est en perdition.

Lire la suite

La magie de la coupe de France...ou pas (acte I)

Publié le 18 Novembre 2012 par TEAM FCN Anonymous dans Dérives du football

Mise à jour décembre 2013.

Profitons de ce blog pour vous montrer à quel point la coupe de France "NEW LOOK" n’a plus aucune valeur bien qu'on veuille nous faire croire qu'elle mette à l'honneur le monde du football amateur qui peut ainsi rivaliser avec les footballeurs professionnels. Rivaliser ? Il faudrait déjà que les « petits » ne soient pas (plus) autant désavantagés.

Commençons cette série de mascarades (il y en aura plein d’autres, surtout quand les clubs de L1 vont entrer en lice) par le match de 7ème tour de coupe de France opposant le RC Lens (L2) au FC Lilas (DH). Vu l’écart de division entre les 2 équipes et vu que les Lilas est dans le 93, le match s’est logiquement déroulé….au stade Bollaert !

Pour l’explication elle est simple, je vous laisse lire le communiqué du club du FC Lilas (Daniel Guiraud réagit au refus de la FFF de faire jouer le match contre Lens aux Lilas) qui explique le scandale :

 

"COMMUNIQUE de Daniel GUIRAUD

Maire des Lilas, Premier Vice-président du Conseil général de Seine-Saint-Denis,Vice-président de Paris Métropole

COUPE DE FRANCE DE FOOTBALL : L'ÉTHIQUE SPORTIVE EST BAFOUÉE PAR LA FFF !

Le 31 octobre 2012, le tirage au sort du 7ème tour de la coupe de France de football désigne le FC Lilas pour recevoir le RC Lens.

Dès l'annonce de ce tirage au sort, le club de football et ses bénévoles ainsi que les personnels de la municipalité des Lilas se mettent au travail pour organiser dignement et efficacement ce match au Parc des sports des Lilas (stade homologué pour ce genre de rencontre).

Forts de l'expérience réussie de l'organisation d'un match de haut niveau (FC Lilas contre le stade Malherbe de Caen pour le 8ème tour de la coupe de France il y a 3 ans), tous les acteurs concernés réalisent un gros travail de préparation.

Or, le 14 novembre, soit 15 jours après le tirage, la décision est prise de ne pas faire jouer le match aux Lilas, pour cause de match classé « à risques » au motif que des hooligans proches d'un grand club de la région parisienne auraient menacé de créer des incidents…

Il semblerait que le match ait été classé à risques dès le surlendemain du tirage, sans que quiconque à la Fédération Française de Football (FFF) ne daigne en informer le club ou la ville des Lilas !

Jamais la FFF n'oserait traiter ainsi un club professionnel ! Il y a, à l'évidence, deux poids deux mesures en la matière. Les dirigeants, éducateurs, bénévoles, pratiquants, supporters et élus concernés ne peuvent que ressentir de l'amertume au regard de ce qui apparait comme une forme de désinvolture, voire de mépris à leur égard, de la part de la FFF."

 

Que rajouter après cela? Vive la stigmatisation, vive les amalgames. Toujours les utiliser pour arriver à ses fins.

Ce qui est injuste c'est que si c'était le FCN (par exemple) qui avait dû jouer aux Lilas, le match n'aurait jamais été inversé. D'ailleurs le FCN a demandé l'inversion du match contre Romorantin (7ème tour de coupe de France) en échange de la recette. Proposition "malsaine" qui devrait être interdite par respect du monde amateur. L'inversion a été refusée par Romorantin. Nous voyons bien là le problème : les matchs sont inversés suivant l'adversaire. Gervais Martel L'EX président lensois dont le lobbying s'exerce toujours a pu faire jouer de toute son influence pour demander l'inversion. Il a construit un dossier d'insécurité.

D'autres exemples concrets sont à venir dans de prochains articles. Vous verrez que des stades homologués contre certains clubs ne le sont plus au tour suivant contre d'autres soi disant car "la sécurité ne peut plus être assurée." Mais quelle sécurité ? Sur quels principes concrets est-elle basée ? Une surpopulation dans le stade ? Mais on est en France ! Le football ne déchaîne pas les passions ! Les stades n'explosent pas pour accueillir la majorité des clubs de L1 ! Seuls des clubs comme le PSG ou l'OM déplacent les foules.

A suivre...

Lire la suite