Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Analyses Footballistiques

Articles avec #joueur catégorie

Lettre ouverte à Filip Djordjevic

Publié le 23 Décembre 2013 par TEAM FCN ANONYMOUS dans Joueur

Préambule :

Pour ceux qui étaient devant leur téléviseur, vous avez pu entendre la très intéressante interview de notre renard serbe pendant la deuxième période sur canal +.

La rumeur de son départ à Rome se concrétise et un peu partout dans les différents médias, on l'annonce déjà sous le maillot bleu ciel, même si le doute subsiste sur la date de son départ.

Filip a confirmé rester là jusque la fin de la saison ? Et après ? Après, qui vivra verra. Pendant ce temps, à ce sujet, on a retrouvé dans nos tiroirs une lettre adressée à Filip, signée de plusieurs membres du comité anonymous.

On espère qu'il pourra la lire un jour mais quitte à lui écrire, autant faire une lettre ouverte et que les supporters puissent réagir. En voici la teneur :

 

 

 

Cher Filip,

Filip... aujourd'hui, tout le monde t'appelle Monsieur Djordjevic, devant l'ampleur de tes performances nous souhaitons, pendant toute cette lettre ouverte, t'appeler par ton prénom et employer le tutoiement. En effet, nous avons l'impression de te connaître par cœur tant ton histoire avec le FCN, et donc ses supporters, dure.

Cela fait bientôt 6 ans que tu es arrivé en France et plus exactement à Nantes, sur les bords de l'Erdre. Tu le savais déjà, tu as rejoint un club mythique du football français.
Tu es arrivé en même temps que Stefan Babovic, qui avait été vendu aux supporters comme "Le Messi des Balkans". Il ne fera pas long feu à la Jonelière, il n'y restera que deux ans. La réussite en Loire-Atlantique n'est pas aisée, il faut une osmose entre le joueur, le staff et les supporters. Sans cette osmose, difficile de devenir un joueur clef du club.

Quand tu as débarqué chez nous, nous avons senti en toi un jeune joueur plein de potentiel. Ton visage d'enfant dissimulait un vrai renard. Ta moitié de saison avec le maillot nantais et tes sept buts nous faisaient penser que ton avenir était tracé à la maison jaune. 

Les coups durs arrivent pourtant très vite, le club remonte en Ligue 1 et, toi, tu es cantonné à un rôle de remplaçant derrière Klasnic et Bagayoko. Ta blessure n'arrange rien et tu ne peux pas empêcher le club de redescendre en Ligue 2. 
La troisième saison au club passe à une vitesse folle, tu ne joues pas beaucoup et tu ne marques pas, ou pas assez. Pourtant, le club ne doute pas de ton potentiel bien que certains supporters, notamment ceux d'autres clubs, raillent tes performances. 
Lorsque tu reviens la saison suivante, tu es affûté, tu deviens même titulaire.
Malgré la saison morose du FCN, tu enquilles les buts, tu es décisif, voilà enfin le vrai Djordjevic. Avec tes douze réalisations, tu sauves le FC Nantes d'une descente en National qui aurait été catastrophique sportivement et économiquement. 
Les entraîneurs défilent et tu es encore présent à la Jonelière. Cette longévité fait de toi un des plus anciens joueurs du club, tu te plais à Nantes et le FCN aime ça.

Landry Chauvin débarque et te trouve en surpoids... pas la première fois Filip. Tu le payeras toute la saison, ta place de titulaire est convoitée. Un mec comme Sylvain Wiltord, beaucoup plus âgé que toi, marque plus. Tes six buts ne pèsent pas lourd dans la balance. Tu le sais, le club te fait confiance, il croit en toi mais il te faudra encore batailler pour t'imposer. 

Nous sommes à l'été 2012, le FCN entame une quatrième saison consécutive en Ligue 2. Michel Der Zakarian revient alors, celui qui t'a lancé dans le grand bain est de retour. Tu as gardé avec lui de très bons rapports, vous avez confiance l'un envers l'autre, il sait comment te bousculer, te crier dessus. La saison dernière a été un tournant dans ta carrière, ton début de championnat est stratosphérique. Les buts défilent et tu es au coup à coude avec I. Touré de Monaco. Tu cales un peu lors de la seconde partie de saison, mais tu termines second meilleur buteur de Ligue 2, derrière Yatabaré, avec vingt buts. 

L'intersaison est agitée, des coups de fil sonnent, tu attires mon cher Filip. Ta cote explose, c'est ça d'enfiler les perles. Cependant, tu restes et tu continues à marquer. Bastia en ouverture, puis Sochaux, Nice, Rennes, Evian, Montpellier et Bordeaux. Soit huit buts, dont deux contre des rivaux et sans pénalty ! En plus, tu es le nouveau capitaine de l'équipe, pouvais-tu l'imaginer il y a encore 3 ans de cela ?

Voilà, sauf que nous supporters, nous ne comprenons pas tes envies de départ. Pourquoi ne tu veux-tu pas signer un nouveau bail chez nous ? Tu es bien ici non ? Vu le départ canon du club, pourquoi ne pas s'inscrire encore plus dans la durée Filip ? Tu es à 65 buts, si tu restes, tu pourrais être dans la légende du club. Devenir un des meilleurs buteurs de l'histoire du FC Nantes ne t'intéresse pas ? Ici, tu as prouvé et ta place de titulaire est quasiment acquise... l'appel de clubs étrangers peut faire rêver mais combien de nantais se sont brisés les ailes après leur départ du cocon nantais. Nantes, c'est un collectif où des individualités peuvent s'exprimer et il est difficile de retrouver cela ailleurs.

Le club t'a soutenu pendant les coups durs. Il t'a toujours fait confiance, dire que tu étais un élément important, un joueur qui comptait. Le président Kita et son fils t'ont protégé pendant des années, croyant en ton potentiel de grand buteur. Ils aimeraient que tu restes et font tout justement pour que tu signes un nouveau contrat. Tu es en pleine réflexion, nous pouvons comprendre mais...
Filip, pour le bien du club et de l'équipe, reste. Le club renaît de ses cendres et tu peux être une légende de ce club, à l'allure où tu marques, tu atteindras rapidement le record si tu continues ainsi. Le public de la Beaujoire croît en l'aigle serbe, ton fort caractère est apprécié. Ton pressing incessant plaît à ceux qui veulent que les joueurs mouillent le maillot. Ton jeu en pivot fait la différence alors qu'on te prédisait l'enfer en Ligue 1, toi tu fais taire les détracteurs et rares sont les joueurs à le faire. 

Faire une carrière de mercenaire est donné à tout le monde... Prouver chaque saison qu'on mérite le respect de ses supporters et faire partie des meilleurs joueurs d'une longue Histoire... ça c'est plus rare. On se souvient souvent des joueurs formés au club et récemment, seul Moldovan est encore dans les têtes...pour son amour du club. 

Alors Filip, prolonge ton contrat et écris ta légende au FC Nantes !

Lettre ouverte à Filip Djordjevic
Lire la suite

Cichero ne passera plus ses vacances sur l’île de Beauté. Et pour un match de football officiel ?

Publié le 18 Octobre 2013 par TEAM FCN ANONYMOUS dans Joueur

Gabriel Cichero ne sera pas du voyage en Corse. Et c’était prévisible. Il avait déjà fait le coup l’an dernier pour le déplacement à Ajaccio contre le Gazélec en octobre 2012 (défaite 3 buts à 1 des canaris).

A l’époque nous étions déconcertés par cette décision, prise par le joueur et non le club.

 

Pourquoi Cichero refuse d’aller en Corse : rappel des faits

En 2011, lors d’un déplacement à Bastia avec son club le RC Lens il a clairement pété un plomb sur le terrain…et aussi pété la figure à un dirigeant bastiais (fracture du nez et déplacement de mâchoire) dans le tunnel, un dirigeant qui devait sûrement lui dire des mots d’amour après son expulsion. Il avait pris 10 mois de suspension (dont 5 avec sursis) par la commission de discipline de la LFP et également 5 mois de prison avec sursis. Sa carrière en prenait un coup. Heureusement que le FCN s’est intéressé à ce joueur et se l’est fait prêter pour la saison 2012-2013. Vrai souci sportif : son sursis de 5 mois. Il y a de quoi avoir peur. A la moindre participation à une bagarre il reprenait au moins 5 mois de suspension (équivalent à une demi-saison). En 2012, Cichero est une véritable tour de contrôle en défense, se passer de lui 5 mois est impossible.

On aurait pu donc penser dans un premier temps que le club avait décidé de ne pas l’emmener en Corse à cause de cette épée de Damoclès. Mais voilà, les interviews d’avant-match ont montré que ce n’était pas le cas. La bagarre à Bastia a marqué Cichero au point où lorsque Der Zakarian est venu le voir pour constituer le groupe qui jouait le match contre le Gazélec, il a souhaité ne pas être dedans à cause des faits de 2011 (Der Zakarian : « il (Gabi) ne se sentait pas d’y aller »).

 

Le contexte de l’époque pas favorable à une absence d’un joueur-clé

Cette décision prise par le joueur semblait pourtant contestable pour plusieurs raisons :

1) Les incidents ont eu lieu à Bastia en 2011. Le match contre le Gazélec se jouait à Ajaccio, ville située à 150 km de Bastia. Et un an plus tard de surcroît. De plus, Ajacciens et Bastiais sont connus pour ne pas s’apprécier. Que craint-il alors ? Il alimente en attendant le « cliché corse » en quelque sorte, la Vendetta. Il s’imagine qu’une poignée de « supporters » bastiais vont faire exprès le déplacement à Ajaccio (300 km aller-retour) pour venir le frapper ? Et à quel moment ?

Ce qui était intéressant de voir à cette époque sur les forums dédiés au Gazélec, c’est que les supporters du club corse n’abordaient pas vraiment les faits de Bastia-Lens. Les supporters ajacciens étaient surtout ravis de voir que Cichero, pièce maîtresse de la défense nantaise, ne viendrait pas.

2) Juste avant le déplacement, le club avait subi une hécatombe en défense. Après la blessure de Cissokho en fin de match contre Lens (4-0), Djidji, appelé à être dans le groupe, se blessait quelques jours avant le match. Der Zakarian devait faire appel à des jeunes de CFA 2 : Alcibiade, Wroblewski. Pourquoi Cichero n’est-il pas revenu sur sa décision ? Ne culpabilisait-t-il pas à l’idée de « griller » la carrière de nos jeunes qui allaient jouer leur premier match pro en Corse, pas vraiment l’endroit idéal non?

3) Contre Lens, Cichero avait pris son 3ème carton jaune en moins de 10 matchs. Cichero était donc suspendu pour le match contre Dijon, match suivant après celui du Gazélec. Pourquoi ne pas profiter de jouer en Corse avant d’être suspendu ?

4) Le match contre le Gazélec ressemblait à un tournant dans la saison. En effet, il était programmé juste avant une trêve internationale. En cas de victoire, le FCN pouvait être sur le podium et passer les 2 semaines en toute tranquillité. Le club avait besoin de toutes ses forces en présence. Comment un joueur non blessé peut-il se permettre de ne pas jouer ce genre de match ? Avec la trêve et la suspension contre Dijon, Cichero ne jouait pas pour le FCN en match officiel pendant 1 mois minimum : le match contre Lens était le samedi 29 septembre, le match contre Monaco était prévu le 27 octobre. Revenir contre Monaco, le leader, après 1 mois sans jouer en L2…décision pertinente ?

Gabi n’a pas forcément pris la bonne décision (sur le plan professionnel et collectif) car on se souvient de ce qui s’est passé contre le Gazélec, le FC Nantes a pris l’eau…ou ça ? En défense ! On ne saura jamais si avec Cichero cela aurait été moins pire mais on sait que sans lui, cela a été un calvaire.

Son absence permettait à un certain Madouni d'être titulaire…Et pour ne rien arranger Alcibiade s’était blessé après 12 minutes de jeu, remplacé par Wroblewski.

 

Son absence contre l’AC Ajaccio : moins préjudiciable que l’an dernier

Comme l’année dernière, l'absence de Cichero dans le groupe est un choix personnel. Der Zakarian interviewé sur le sujet cette semaine a réagi : "il ne veut plus jamais mettre les pieds en Corse". Du côté de la capitale, le président Kita confirme que le club n'est pas concerné dans cette décision. Invité de l'émission "20h foot" chez Pascal Praud son ex-directeur de la communication au FCN, il a évoqué le professionnalisme montrant qu'un tel choix n'était pas justement professionnel, sans pour autant vouloir démarrer une polémique.

Contrairement à la saison dernière où le contexte ne plaidait pas en la faveur du joueur vénézuélien, son absence pourrait passer davantage inaperçu cette saison. Il est en effet le choix N°3 sur le poste actuellement. De plus dans les couloirs, poste où il peut dépanner, Cissokho et Alhadur sont actuellement incontestables. Et il y a Veigneau qui est disponible.

Il est légitime de se demander pendant combien de temps cette « allergie » à l’île de Beauté va durer. S'il a peur de finir en prison (son sursis sportif de 5 mois est normalement terminé) il suffit de ne pas se battre, non ? Il n'a aucune chance de se retrouver délibérément seul avec des supporters du SC Bastia lors d'un déplacement officiel à Ajaccio. Arrêtons tout ce cinéma autour de la Corse elle n'en a pas besoin.

Mais apparemment le joueur est bien décidé à ne plus jamais aller en Corse. Rappelons que Cichero manquera donc le dernier match de la saison à Bastia. Il jouera donc potentiellement au maximum 36 matchs de L1 cette saison (hors blessures/suspensions/choix du coach). Question bête : son salaire tient-il compte de ces "libertés" fixées dès le début de chaque saison ?

Revenons-en au match et ne jouons pas les oiseaux (canaris) de mauvaise augure : seule une blessure (ou une expulsion !) au cours du match de Djilobodji ou de Vizcarrondo nous rappellera que Cichero n’a pas pris une nouvelle fois une décision qui va dans le sens du collectif. Nous pouvons bien sûr faire confiance au coach qui réarrangera son équipe (Lucas Deaux en défense centrale etc) mais il n'aura pas profité de la totalité de son effectif disponible. Un comble pour un club qui n'a pas la prétention d'avoir les mêmes problèmes de riches que le PSG et Monaco.

Cichero ne passera plus ses vacances sur l’île de Beauté. Et pour un match de football officiel ?
Lire la suite